Une même tendance positive s’observe non seulement en Chine, mais aussi dans de nombreux pays asiatiques et dans d’autres marchés émergents : grâce à une forte croissance économique, les classes moyennes se sont développées dans de nombreux endroits et «s’empilent» aujourd’hui dans le monde entier pour devenir une classe moyenne mondiale, constate Branko Milanović. L’économiste serbo-américain est chargé de cours au City University of New York Graduate Center depuis 2014. Dans la deuxième partie de notre entretien, Milanović évoque les évolutions attendues dans les anciens pays industrialisés et le rôle des banques nationales. (Lien vers la partie 1 : «Les inégalités mondiales diminuent fortement»)

Grâce à l’ascension sociale de larges segments de la population en Chine et dans d’autres économies émergentes, les inégalités mondiales ont diminué. Qu’en est-il des anciens pays industrialisés ? Que s’est-il passé et qu’observe-t-on ici ?

Les déciles de revenus supérieurs – qui comptent parmi les pourcentages de revenus les plus élevés au monde – ont également fortement augmenté. En-dessous, et en particulier dans la classe moyenne inférieure – qui se situait dans le 80ème percentile de la distribution mondiale des revenus, la croissance a été très faible.

Branko Milanović. (Carmen Sopi)

Vous parlez de la courbe de l’éléphant (voir illustration et encadré), qui a fait sensation en 2016. Il montre la croissance du revenu réel des percentiles mondiaux au cours de la période de 20 ans allant de 1988 à 2008. Qu’est-ce qui a changé depuis ?

L’extrémité supérieure de la trompe a quelque peu diminué jusqu’en 2013 en raison de la crise financière. Mais il ne faut pas se méprendre : le pourcentage le plus élevé au niveau mondial se compose principalement de riches membres de la population occidentale, et pas seulement de millionnaires ou de milliardaires. L’éléphant de 2013 n’aurait pas l’air très différent : le bout de la trompe ne serait pas tout à fait aussi haut et le milieu de la trompe un peu plus haut – on remarquerait surtout ce dernier point, puisque que la Chine continue de croître et que les Chinois à revenu élevé progressent de plus en plus dans ces régions.

La courbe de l’éléphant

Avec son co-auteur Christoph Lakner, Milanović a publié en 2015 un article sur l’évolution de la distribution mondiale des revenus entre 1988 et 2008, dont un graphique est rapidement devenu célèbre sous le nom de «courbe de l’éléphant». Elle montre la croissance du revenu des ménages au cours de cette période par percentile du revenu mondial. Il s’avère que les percentiles les plus pauvres (principalement les ménages les plus pauvres d’Afrique subsaharienne) stagnent, puis qu’après un bond, la courbe s’accélère lentement, ce qui est principalement dû à l’énorme croissance économique de grandes parties de l’Asie. Elle baisse ensuite quelque peu avant de chuter à 0% autour du 80ème centile de revenu (les ménages les plus pauvres des pays industrialisés) et montre enfin des augmentations nettes du pouvoir d’achat des percentiles les plus élevés. Le tout rappelle la silhouette d’un éléphant qui lève sa trompe – d’où son nom.

Milanović a ainsi – involontairement – donné un coup de pouce aux critiques de la mondialisation : ils ont vu dans la stagnation autour de 80 % des revenus, là où se situe généralement la classe moyenne inférieure américaine, la confirmation que la mondialisation était «dommageable» pour une grande partie de la population des pays développés, alors que seuls les pays émergents et très riches en bénéficiaient.

L’interprétation de la courbe n’est pas aussi simple que cela. Il est important de souligner, par exemple, qu’aucune comparaison n’est faite entre les parcours de vie : une croissance de 0 % pour le 80ème percentile ne signifie pas qu’une personne appartenant à ce percentile de revenu en 1988 n’a pas obtenu une croissance du salaire réel, mais plutôt que les revenus réels des ménages appartenant au 80ème percentile en 2008 ne sont pas supérieurs à ceux des ménages appartenant à ce percentile en 1988. Cependant, il peut s’agir – et il s’agit effectivement – de ménages complètement différents.

A quoi ressemblera l’éléphant dans 30 ans ?

Il disparaîtra – même si tout reste pareil : supposons que la Chine continue à croître, que l’Occident maintienne sa croissance plutôt faible et que les pauvres continuent de s’enrichir d’environ 2% par an. Cela pousserait la population chinoise plus à droite, de sorte que les faibles valeurs de 80 à 90% augmenteraient considérablement. Cela ne nous donnerait plus la forme d’un éléphant.

N’oublions pas que l’inégalité des revenus a diminué au niveau mondial. Et pourtant, elle est en hausse dans les différents pays. Pouvez-vous nous expliquer comment cela est possible ?

Les inégalités se sont en effet accrues dans de nombreux pays. Mais en raison de la montée en puissance des grandes économies émergentes et des pays en développement, cela a un impact moindre sur les inégalités au niveau mondial. Vous pouvez l’imaginer comme les étages d’un hôtel : les différents pays ont des niveaux de revenu différents, les plus pauvres se situant aux étages inférieurs et les plus riches dans le penthouse. Bien sûr, les inégalités peuvent augmenter à chaque étage, mais en même temps, les étages eux-mêmes peuvent converger – et c’est exactement ce que nous constatons. Cet effet est suffisamment important pour compenser le fait que les revenus des personnes sur les étages individuels divergent.

Ici aussi, la Chine se distingue clairement : au sein de l’empire du Milieu, les inégalités se creusent particulièrement fortement. Cette évolution peut-elle conduire à des troubles politiques ?

C’est une possibilité sérieuse. Je pense cependant que c’est avant tout la corruption combinée à l’inégalité qui représente une véritable menace politique pour la Chine, car la première exacerbe la première et fait percevoir la situation comme particulièrement injuste. La corruption, qui a toujours existé, est devenue particulièrement apparente sous Hu Jintao et a maintenant ce qu’il faut pour saper la légitimité du pouvoir. La Chine n’a pas d’élections et cette légitimité repose donc sur trois facteurs : une croissance élevée, une inégalité tolérable et une injustice administrative tolérable. Maintenant que les gens voient à quel point il y a vraiment de la corruption, le gouvernement scie la branche sur laquelle il est assis. Et la Chine ne va pas continuer à se développer indéfiniment comme elle l’a fait, parce qu’elle s’approche maintenant d’une limite technologique. Si le facteur «forte croissance» est éliminé, le gouvernement ne peut se permettre de laisser les deux autres facteurs, l’inégalité et la corruption, échapper à tout contrôle. Ce sera un défi.

Nous avons beaucoup parlé de l’état actuel des choses, mais comment se fait-il qu’il en soit ainsi ? Plus concrètement, qu’est-ce qui cause la nouvelle inégalité de revenus au sein des différents pays et économies ?

Tout le monde s’accorde à dire que les principaux moteurs de ce phénomène sont la mondialisation, le changement technologique et les mesures politiques. L’importance relative de ces trois facteurs ne fait pas l’unanimité et il est très difficile de déterminer empiriquement ou scientifiquement l’importance de leur influence, car cela nécessite de modéliser votre mécanisme causal. Par exemple, une recherche menée de cette manière a montré une influence très significative des impulsions chinoises sur les salaires américains – c’est plausible et vous pouvez avoir des résultats pour deux pays, mais il est impossible de faire quelque chose de similaire à l’échelle du monde.

Vous dites que les interdépendances sont trop prononcées pour en tirer des conclusions générales ?

Tout à fait. Il y a des gens qui croient que le facteur le plus important de l’inégalité de revenus au niveau national a été le changement technologique. Ces gens prétendent que nous n’avons pas d’autre choix que d’attendre, car ceux qui n’étaient pas à l’avant-garde du changement rattraperont les autres. Ensuite, il y a ceux qui pensent que tous les moteurs des inégalités sont à chercher dans les politiques passées : réductions d’impôts, moins de réglementation, accords syndicaux. Ils affirment que les récentes différences de répartition sont d’origine humaine et que nous devrions inverser ces développements en renversant les décisions politiques sous-jacentes. La troisième approche attribue essentiellement les inégalités à la mondialisation, parce qu’elle a créé un cadre dans lequel le changement technologique et la politique ont pu évoluer…..

De quel groupe faites-vous partie ?

Personnellement, je crois que ce cadre a permis de développer des technologies qui ont pu s’appuyer sur une main-d’œuvre moins chère à l’étranger et qui ont conduit à un changement global de l’économie et des valeurs. Des milliers d’applications ont été développées pour les smartphones, comme Uber et Airbnb, non seulement parce que c’était technologiquement faisable, mais aussi parce que les smartphones et les ordinateurs portables sont devenus très bon marché en même temps. Aujourd’hui, près de 5 milliards de téléphones mobiles sont utilisés dans le monde. Une nouvelle application ne serait pas rentable si ce chiffre n’était que de 500 millions. C’est ce que je veux dire quand je déclare que la mondialisation a créé le cadre dans lequel les changements politiques et technologiques ont eu lieu.

Quel rôle joue la restructuration de nos structures économiques ? Existe-t-il des différences frappantes entre les économies de services et les économies industrielles en termes d’inégalité des revenus ?

Bien sûr, les économies occidentales étaient encore essentiellement industrielles dans les années 60 et 70. Aujourd’hui, jusqu’à 85 % de la valeur ajoutée est créée dans le secteur des services, ce qui a un impact sur la structure des salaires : cela rend presque inévitablement l’économie plus « inégale » car les services sont une catégorie très hétérogène en soi. Elle comprend des personnes hautement qualifiées telles que des développeurs de logiciels dont les revenus se chiffrent en millions, mais aussi des concierges travaillant dans le secteur des bas salaires. Dans une économie manufacturière, la dispersion des compétences et des salaires est beaucoup plus faible, ce qui explique en partie l’augmentation de l’inégalité des revenus ici, en Occident : nous sommes passés d’une économie industrielle à une économie de services.

Mais ça ne peut pas tout expliquer : la Suisse n’est pas moins désindustrialisée que les Etats-Unis et le PIB par habitant est à peu près au même niveau dans les deux pays en termes de pouvoir d’achat. Néanmoins, le salaire horaire des travailleurs non qualifiés est d’environ 7 ou 8 dollars aux Etats-Unis, alors qu’il est presque trois fois plus élevé en Suisse. Comment est-ce possible ?

Je suppose que le nombre de travailleurs non qualifiés aux États-Unis est tout simplement beaucoup plus important que dans les pays d’Europe occidentale, ce qui entraîne une concurrence accrue et des salaires plus bas. L’Amérique est un pays très riche, mais les marchés du travail et de l’éducation y présentent certaines particularités : ce n’est pas un hasard s’il y a tant d’antisécularisme aux Etats-Unis, avec des personnes qui croient au créationnisme ou à d’autres choses qui ne sont pas scientifiquement plausibles et qui ne sont pas autrement très instruites. L’écart entre les personnes hautement qualifiées et le grand nombre de personnes non qualifiées est beaucoup plus important qu’en Europe, où les systèmes d’enseignement primaire, secondaire et supérieur couvrent en fait l’ensemble de la population.

Quel rôle joue la politique monétaire ? William White et d’autres économistes de renom affirment qu’elle joue un rôle central dans l’inégalité distributive. La faiblesse des taux d’intérêt permettrait aussi aux entreprises improductives de se maintenir à flot parce qu’elles n’ont pas besoin d’obtenir un rendement important pour financer leur dette. Cela réduit la croissance de la productivité et donc directement la croissance des salaires réels dans une économie. Cela affecte logiquement les travailleurs, plutôt que les «capitalistes», qui ont investi leurs actifs dans des actions ou des biens immobiliers qui ont même vu leur valeur augmenter fortement grâce à une politique monétaire expansionniste.

Je connais cet argument. Il revient à dire que les prix élevés des actifs ne profitent qu’aux personnes qui en sont déjà propriétaires. Cependant, je n’ai pas fait de recherche dans ce domaine, je ne peux donc pas en dire plus à ce sujet.

La plupart des pays européens tentent de lutter contre les inégalités en redistribuant les richesses. Selon toute apparence, cela ne fonctionne guère. Pourquoi ?

Si vous regardez les chiffres, vous ne pouvez pas dire que les dépenses sociales augmentent partout. Elles sont restées plus ou moins au même niveau dans les États-providence, que l’on compare les recettes fiscales annuelles au PIB, ou même spécifiquement les dépenses sociales au PIB – à l’exception peut-être des grandes années de crise où l’État a joué un rôle plus actif. En gros, la courbe est plate depuis 1985. L’idée libérale de réduire la taille de l’Etat pour libérer des forces plus productives n’a donc pas été mise en pratique, comme on le prétend souvent à gauche. En revanche, «plus d’Etat» a rarement été le mot d’ordre au niveau international ces dernières années. Je n’affirmerais pas non plus que la redistribution est inefficace. L’inégalité des revenus du marché, c’est-à-dire avant impôts et transferts sociaux, a augmenté aussi fortement en Grande-Bretagne et en Allemagne qu’aux États-Unis. Mais le rôle de l’État dans la lutte contre ce phénomène par le biais des impôts et des transferts sociaux est beaucoup plus important en Allemagne qu’aux États-Unis – et si je regarde l’Allemagne ou les pays nordiques, je ne pense pas que ce soit une erreur.

Renversons la question : la politique dispose-t-elle de meilleurs instruments pour réduire les inégalités au sein d’un pays ?

Formulons-le ainsi : quiconque tentera de ressortir les instruments des années 1960 du fond du placard échouera. Le retour de syndicats forts est chimérique, parce que les nouvelles technologies ont modifié la nature même du travail. Par ailleurs, les impôts dans les pays riches ne peuvent plus être augmentés non plus, parce que la plupart des Européens ne veulent pas payer un taux d’imposition moyen supérieur à 50 %. Pour les revenus très élevés, des taux d’imposition marginaux plus élevés seraient un moyen, mais de nombreux salariés à revenu élevé déplaceraient simplement leur résidence fiscale. Les impôts élevés sur le capital n’existent plus pour les mêmes raisons. Une solution qui fonctionne est de fournir une meilleure formation publique. La formation est un instrument important, en tant qu’investissement d’avenir pour disposer d’un personnel hautement qualifié. Mais il y a aussi beaucoup d’erreurs qui peuvent être évitées. Jetez un coup d’œil à l’Italie, où les enfants doivent obtenir leur diplôme scolaire à l’âge de 14 ans au lieu de 16 ou 17 ans, afin de pouvoir « entrer plus tôt dans la vie active ». L’intention est louable, mais ce faisant, il vient à manquer de personnel hautement qualifié et il y a une pénurie d’emplois pour tous ces jeunes qui quittent l’école.

Supposons que vous soyez aux manettes d’un pays développé pour une journée. Que changeriez-vous ?

(Réfléchit) Je poursuivrais une double approche.  D’abord, il faudrait une autre redistribution, qui soit principalement basée sur des droits de succession élevés. La richesse accumulée est l’un des facteurs qui cimentent l’inégalité entre les générations. Dans le même temps, je crois aussi fermement que la croissance économique et un environnement favorable sont essentiels, en particulier pour les pays pauvres : ils ne peuvent se porter mieux que si leur économie se développe.

Beaucoup de libéraux soutiendraient probablement l’idée d’un impôt sur les successions non pas pour des raisons de justice distributive, mais en raison de considérations méritocratiques et de ses incitations positives, si les nombreuses doubles impositions étaient abolies. Votre défense de la croissance nous amène à un point central du débat sur les inégalités : de nombreuses personnes semblent considérer à tort l’économie mondiale et les déséquilibres de répartition qui en découlent comme une sorte de jeu à somme nulle. Ce que l’un gagne doit avoir été perdu par un autre. Oxfam et consorts propagent également ce genre de récits. Ne devrions-nous pas mettre l’accent sur la compréhension de l’économie et de ses mécanismes dans les programmes de formation ?

Je pense que c’est une excellente idée ! Il est vrai que l’économie mondiale est généralement considérée par beaucoup comme un gâteau qui serait, en quelque sorte, donné. Mais ce gâteau n’est pas donné : Il devient de plus en plus gros, de plus en plus de gens le font cuire et de plus en plus de gens peuvent le savourer. Pourquoi parlons-nous de la Chine aujourd’hui ? Parce que le pays a connu une croissance incroyable ! Je ne sais pas dans quel monde vivent les gens qui disent que nous ne devrions plus avoir de croissance. S’ils y croyaient vraiment, ils devraient alors se réjouir d’une récession : dans leur vision des choses, cela signifierait ainsi « moins de pollution » grâce à une croissance moindre et donc « plus de durabilité ». Mais c’est absolument faux !

Dans un essai publié fin 2017 dans notre revue , l’historien Walter Scheidel a écrit que les seules causes qui peuvent à coup sûr ruiner la prospérité sont les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse de l’histoire de l’humanité, à savoir les grandes guerres, les révolutions, les Etats faillis et les pandémies. Ce que Scheidel ne dit pas, c’est que le manque de croissance peut aussi rapidement convoquer les trois premiers, n’est-ce pas ?

Même pour des pays objectivement riches comme la Suisse, le fait de ne croître que de 0,1 pour cent est en fait un problème immédiat. Je suis donc tout à fait favorable à la croissance. Mais si je devais voter, je considérerais qu’il est plus important qu’elle ait lieu en Afrique qu’en Suisse ou en Suède – même si c’est important pour tous les pays.

Je rebondis sur l’Afrique, car une majeure partie de ceux dont la richesse et les revenus stagnent, voire diminuent, vivent sur ce continent. Une croissance économique substantielle en Afrique réduirait considérablement l’inégalité des revenus et des fortunes à l’échelle du monde. La question est : quand ce moment viendra-t-il enfin ?

Le développement de l’Afrique est une boîte noire. Le continent n’a entamé aucune convergence avec nos niveaux de revenus . Le PIB moyen des 28 pays de l’UE est de 36 000 dollars par habitant. Pour les 49 États d’Afrique subsaharienne, le PIB moyen par habitant est de 3 600 dollars, soit un ratio de 10 pour 1, corrigé du pouvoir d’achat. Il était de 6 pour 1 dans les années 60, est monté à 14 pour 1, avant de retomber à cause de la stagnation de l’Europe et de la faible croissance continue en Afrique. Il faudra à l’Afrique des décennies d’une croissance économique soutenue pour que le revenu par habitant augmente radicalement, compte tenu de la croissance démographique. Le rêve serait que l’Afrique devienne l’Asie du XXIe siècle. Mais si ce n’est pas le cas, nous aurons un gros problème – non, trois : un nombre croissant de pauvres, davantage de migration économique et aussi plus d’inégalités.

Branko Milanović

est un économiste serbo-américain. Il a travaillé comme économiste en chef au département de recherche de la Banque mondiale et est chargé de cours au City University of New York Graduate Center depuis 2014. Il a récemment publié : «Die ungleiche Welt. Migration, das eine Prozent und die Zukunft der Mittelschicht» (Suhrkamp, 2016). Son nouveau livre paraîtra fin 2019 et sera intitulé «Capitalism, alone» ; il y traitera du paradoxe d’un système économique basé sur la concurrence sans concurrence – soit le capitalisme après la fin du socialisme.

Vous trouverez la partie 1 de l’interview ici. L’article entier est paru en allemand sous le titre «Was Sie schon immer über Ungleichheit wissen wollten…» («Ce que vous avez toujours voulu savoir sur les inégalités…» dans la revue «Schweizer Monat» de mai 2019. Vous trouverez de plus amples informations sur le thème ici : «Réflexion internationale de think tanks sur la question des inégalités»