Elan pour la Suisse

L’année 2011 a été riche en événements majeurs. Pour s’en convaincre, il suffit de penser à l’horreur du tsunami au Japon et à la catastrophe nucléaire de Fukushima, au printemps arabe ou à la crise de la dette en Europe. Pourtant, les années précédentes avaient, elles aussi, été marquées par des événements importants. «Ce qui différencie 2011 (et les trois, quatre dernières années) des autres périodes, ce sont l’incertitude croissante, le militantisme frénétique ainsi que la tendance à remettre en cause l’ordre libéral et à chercher le salut dans une présence étatique renforcée», souligne Gerhard Schwarz, Directeur d’Avenir Suisse. Dans un tel contexte, un guide est nécessaire. «Avenir Suisse joue ce rôle».

Avenir Suisse, catalyseur de grands débats

Le rapport d’activité 2011, dont le design a été conçu pour la première fois par l’agence zurichoise «Arnold. Inhalt und Form», montre que le think tank ne fait pas que contribuer au débat publique, mais qu’il le détermine. Le chapitre «Points forts» offre un clin d’œil sur les débats qui ont marqué la Suisse pendant l’année écoulée. Ainsi, la remise en question de la concordance a failli bouleverser les bases mêmes de notre système politique, les vives discussions sur les conséquences de l’immigration et la forte appréciation du franc suisse ont fait apparaître de façon frappante les problèmes liés au succès économique et la question du positionnement de la Suisse sur la scène internationale a suscité de vifs débats. De même, la discussion portant sur les valeurs a fait ressortir que, dans un État démocratique et libéral, un consensus sur les valeurs communes est indispensable. À travers ses contributions, le «laboratoire d’idées» a pu faire avancer ces débats.

Une intervention publique par jour

À côté des débats, le think tank a – conformément à son mandat – aussi continué à œuvrer à des projets de taille réalisés sur le long terme. Les thèmes traités vont de la pérennité de la protection sociale et du développement de la formation professionnelle à la question du service public et aux choix liés à l’approvisionnement futur en énergie. L’avis des experts d’Avenir Suisse était très sollicité, au point que, chaque jour, un membre de l’équipe d’Avenir Suisse s’est produit en public, soit en tant que conférencier, auteur ou partenaire d’entretien. Dans le «Calendrier», véritable pièce centrale du rapport, toutes ces activités sont répertoriées, sans oublier les 130 contributions publiées sur le site Web entièrement renouvelé au printemps 2011 qui attire désormais plus de 2000 visiteurs par semaine.

Largement soutenu par plus de cent personnes privées et entreprises

Tandis que l’année 2010 a été marquée par de grands événements, dont le changement du directeur et le 10e anniversaire de la fondation, l’année 2011 n’a pas connu de bouleversements majeurs dans les domaines de l’organisation et des finances – hormis toutefois le départ de la vice-directrice Katja Gentinetta.

Plus de 100 entreprises et personnes privées de toutes les branches et régions soutiennent le travail d’Avenir Suisse. La Fondation des donateurs, fondée en 2005, a levé jusqu’à présent une somme importante d’environ 30 Mio. CHF. Pour assurer ses activités, Avenir Suisse budgétise annuellement une somme de 5 Mio. CHF. Cependant, grâce à un contrôle rigoureux des coûts, et malgré un surcroît des dépenses pour le site Web et le Corporate Design, le total des dépenses pour l’activité d’Avenir Suisse a pu être contenu à 4,74 Mio. CHF.

Pas de beaux discours, pas de simplifications biaisées

«Pour un petit pays entouré par les grands de l’UE, la recherche d’excellence est primordiale, surtout en ce qui concerne la politique économique» affirme Gerhard Schwarz. Il ajoute: «Et Avenir Suisse continuera à l’assurer. Bien que les cercles politiques et médiatiques se laissent facilement charmer par les beaux parleurs et les ‹terribles simplificateurs›, le think tank maintiendra son indépendance, son réalisme et sa franchise.»

Rapports annuels antérieurs:    2010    2009    2008

Firmensitz der nach FuE-Ausgaben grössten europäischen Unternehmen

Rapport annuel 2008Rapport annuel 2009