Abolir l’armée ? Non. Aller au service militaire ? Non plus. Le système de milice semble se trouver dans une impasse. De moins en moins de jeunes effectuent leur service militaire et l’engagement bénévole semble également avoir du plomb dans l’aile. Dès lors, comment revitaliser ce pilier de la culture politique suisse ?

Noémie Roten, collaboratrice scientifique chez Avenir Suisse et vice-présidente de l’association servicecitoyen.ch s’entretient à ce sujet avec Nicole Dreyfus.

Avenir Suisse considère que le système de milice est un principe d’organisation qui sert le bien du pays – il renforce la cohésion nationale, forge l’identité suisse et soutient la démocratie directe – et que celui-ci doit par conséquent être préservé. C’est pourquoi nous proposons de réfléchir à remplacer l’obligation de servir militaire actuelle par un service citoyen étendu qui :

  • inclurait tous les Suisses, les Suissesses et les étrangers résidents permanents
  • s’étendrait à d’autres domaines de service, comme par exemple : service militaire (accessible uniquement pour les citoyens suisses), service de protection civile (protection de la population, sauvetage), service à la communauté (assistance, protection des biens culturels, soins aux personnes malades, mandats politiques parlementaires par exemple), opérations à l’étranger et autres.
  • durerait entre 200 et 260 jours selon le type de service
  • serait à effectuer entre 20 et 45 ans ou entre 20 et 70 ans par exemple (plusieurs modèles envisageables)