Un an après l’apparition des premiers cas de Covid-19 en Suisse, les mesures prises par la Confédération pour freiner la propagation du virus sont toujours les mêmes : fermeture des restaurants, interdiction de se rassembler, interdiction d’organiser des manifestations sportives et culturelles. Cependant, la situation sanitaire a profondément changé depuis. En effet, au 31 mars 2021, plus d’un million de personnes étaient vaccinées ou immunisées en Suisse, et ne sont vraisemblablement plus vectrices du virus. Dans quelle mesure doit-on permettre à ces personnes un retour – même partiel – vers une vie « normale » ? Quel rôle pourrait jouer un passeport sanitaire pour atteindre ce but et sous quelles conditions ? Est-ce qu’un «sésame d’immunité» pourrait nous laisser retrouver les libertés fondamentales dont nous avons été privés pour lutter contre la pandémie ?

Pour répondre à ces questions, Jérôme Cosandey, Directeur romand d’Avenir Suisse, reçoit deux invités dans ce podcast dédié au passeport Covid : d’une part, Christine Clavien, philosophe, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Genève au sein de l’Institut Ethique Histoire Humanités, et membre de la Commission nationale d’éthique pour la médecine humaine. D’autre part, Vincent Subilia, avocat et directeur général de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève et membre du comité de la Chambre de commerce internationale.

Lors de la discussion, Christine Clavien rappelle les conditions épidémiologiques et éthiques à respecter pour garantir l’introduction de ce passeport Covid. Mais comme le souligne Vincent Subilia, sa mise en œuvre réfléchie et dûment accompagnée nous permettra, parmi d’autres mesures, de mieux renouer avec la convivialité.